Les salariés de différents secteurs sont dans une situation de plus en plus critique. Afin de les accompagner et de les mobiliser l'UD CGT 31 a mis en place la caravane de l'emploi et des salaires. Une initiative qui offre aussi la possibilité de démonter les contre-vérités du discours médiatique dominant. Un exercice auquel c'est soumis le secrétaire général de l'UD CGT31 cédric caubère dans cette interview.

Entretien avec Cédric Caubère:

A Blagnac les salariés d'Altran sont vent debout contre l'accord de performance collective que tente de leur imposer la direction. Parmi les clauses que prévoit cet accord figure une baisse de 12% des salaires et la mobilité internationale. Le syndicat s'opposent à ces propositions. Ils font valoir les bénéfices engrengés par Altran des dernières années.

Charles Boury délégué syndical CGT Altran 

 

Le nombre de plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) a atteint le chiffre de 394 depuis mars, contre 249 sur la même période l'an dernier, selon les dernières statistiques du ministère du Travail. Dans le cadre de ces PSE initiés du 1er mars au 13 septembre, près de 57 000 ruptures de contrats de travail sont envisagées au total. Face à cette situation catastrophique la CGT se mobilise sous différentes formes. A l'udcgt31 il a été décidé de mettre en place une caravane de l'emploi et des salaires.

Une façon de revenir au fondement du syndicalisme comme le souligne Jean François Tortajada de l'udcgt31

Alors que les interdictions se multiplient dans les bars et restaurants, la direction de Capgémini exige des salariés qui pourraient être en télétravail de se rendre deux jours par semaine à leur bureau. Or la mise en place du flexi-bureaux qui consiste à partager un bureau entre plusieurs salariés, n'offre aucune garantie sanitaire.  Des contaminations ont d'ailleur été déclarées, sans que la direction ne réagisse. La CGT a donc décidé de lancer un droit d'alerte pour danger grave et imminent.

Entretien avec Robert Amade CGT Capgémini.

Malgrè une forte mobilisation des personnels il y a un an, rien ne semble avoir changé dans les maisons des solidarités du département de la Haute-Garonne. Au sein du quartier Borderouge la situation est même extrêmement critique. Soumis à un manque d'effectif alarmant les personnels de la Maison des solidarités se  mobiliseront le 1 octobre prochain afin d'alerter le conseil départemental sur les difficultés qu'ils rencontrent pour accomplir leurs missions. A titre d'exemple : il n'y a que 6 personnes pour superviser 187 dossiers suivis par la justice; et au cours des trois derniers mois les assitants sociaux ont dû prendre en charge près de 300 nouvelles situations supplémentaires. Les personnels sont au bord de la rupture. Pour Marie Gasa, représentante CGT au Conseil Départemental de la Haute- Garonne, cette situation est la conséquence directe de la térritorialisation

Ecoutez l'entretien:

PS: A la suite de la grève le président du départemenat Georges Méric a annoncé la création de trois postes supplémentaires. Il a également saisi le préfet sur l'insécurité dont son victimes les puéricultrices dans leurs déplacements au sein  du quartier des Izards.

Thomas Barby a été élu nouveau secrétaire général de la CGT Toulouse Métropole à l'issue du congrès qui s'est tenu le vendredi 25 septembre 2020. Dans cet entretien il revient sur les conditions de travail des agents lors du confinement, l'absence de dialogue avec la présidence de la métropole et nous renseigne sur les perspectives du syndicat.

Entretien avec Thomas Barby (CGT Toulouse métropole)